Full Metal Jacket
sam. 16 oct. | Patronage laïque Jules Vallès

Full Metal Jacket

Un film de Stanley Kubrick
Les inscriptions sont closes

Heure et lieu

16 oct. 2021, 14:00
Patronage laïque Jules Vallès, 72 Av. Félix Faure, 75015 Paris, France

À propos de l'événement

Synopsis : 

Un camp d'entraînement en Caroline du Nord, à la fin des années 60. Le  sergent Hartman, du corps des marines, prend en main les nouvelles  recrues, avec l'ambition d'en faire des machines à tuer. La guerre que  les Etats-Unis mènent au Viêtnam nécessite en effet des soldats sans  états d'âme. Tous les moyens sont bons.

Il est connu que Kubrick privilégie les films de guerre, éclaire à sa façon les ressorts subjectifs de la peur et de l’horreur. Dans cet esprit Full Metal Jacket montre le déchaînement d'un réel sans loi, et questionne aussi les racines d’un surmoiincarné par l'instructeur Hartmann - poussant au sacrifice, comme Freud a pu le montrer incidemment.

Kubrick montre à cet égard quelle place ambiguë, quant à la réalité et la vérité, occupe les médiats dans cette période trouble d'une guerre qui a inspiré par ailleurs nombre de cinéastes. Kubrick se voulait innovant sur ce point.

Dans la dialectique hégélienne du maître et de l’esclave, c’est « la peur de la mort, le maître absolu » qui pousse l’esclave à se soumettre [1].

Mais en écho aux réflexions de certains psychiatres anglo-saxons ayant travaillé dans des hôpitaux militaires pendant la Seconde Guerre Mondiale, Lacan écrivait en 1947 : « Il est clair désormais que les puissances sombres du surmoi se coalisent avec les abandons les plus veules de la conscience pour mener les hommes à une mort acceptée pour les causes les moins humaines, et que tout ce qui apparaît comme sacrifice n’est pas pour autant héroïque » [2]. Que pourraient être ces « causes les moins humaines » ? Que nous montre Kubrick à ce sujet ?

C'est avec François Leguil, psychanalyste membre de l'Ecole de la Cause Freudienne, que nous répondrons à ces questions.

[1] Hegel, Phénoménologie de l’esprit, traduction J. Hyppolite TI, Paris, Aubier, 1970, p. 164

[2] Jacques Lacan, « La Psychiatrie anglaise et la guerre », L’Evolution Psychiatrique, 1947, fascicule III, p. 312.

Evénement en partenariat avec l'association L'Envers de Paris

Entrée libre sur réservation

Partager cet événement