top of page
Que coopèrent littérature et philosophie | A partir du travail de François Jullien
Que coopèrent littérature et philosophie | A partir du travail de François Jullien

ven. 17 mars

|

Entrée libre sur réservation

Que coopèrent littérature et philosophie | A partir du travail de François Jullien

Colloque | 1ère Journée

Les inscriptions sont closes
Voir autres événements

Heure et lieu

17 mars, 14:00 – 18:30

Entrée libre sur réservation, 72 Av. Félix Faure, 75015 Paris, France

À propos de l'événement

En Europe, se sont déployés deux régimes distincts de discours : un discours selon l’ordre des raisons, qui s’abstrait du sensible, conceptualise, démontre, et un discours qui enquête, décrit, raconte : la philosophie (et la Science) d’un côté, la Littérature de l’autre. Chacun son rôle. La Littérature récupère alors ce que la philosophie et les sciences, qui visent à l’universel, laissent de côté : le sensible, le singulier, l’événement. Certes, il y a aussi des savoirs qui dansent d’un pied sur l’autre, « entre science et fiction », témoins l’écriture de l’histoire, ou l’ethnologie française. Alors que le roman se tient au plus près de l’expérience vécue, décrit les linéaments et les transformations d’« une vie », les infléchissements et les basculements, la philosophie propose des concepts. Mais que serait une philosophie qui ne viendrait pas éclairer « vivre » ? Que faire du roman en philosophie ? Qu’est-ce que la poésie donne à penser ? Comment l’écriture philosophique peut-elle s’ouvrir au possible littéraire ? En retour, comment les concepts permettent-ils de lire autrement la littérature ? En d’autres termes, il s’agit de penser la manière dont la littérature et la philosophie peuvent coopérer, jusque dans la trame d’une écriture philosophique qui puisse mettre en tension l’universel du concept et le singulier de l’expérience, de telle manière que la philosophie en soit relancée. Ce séminaire trouve son point de départ dans le travail de François Jullien, qui souvent prend appui sur des romanciers, de Stendhal à Proust, en passant par Flaubert, Fromentin, Maupassant ou Tolstoï, qui pense avec Baudelaire, Verlaine, Rimbaud ou Valéry. Et si le nom de Rousseau revient souvent dans ses essais, c’est le Rousseau écrivain qui l’intéresse, celui des Confessions et des Rêveries, plutôt que l’auteur du Contrat social. Ce séminaire, est proposé par l’Association Décoïncidences, en partenariat avec le Patronage laïque Jules Vallès.

Parmi les intervenants : - Pascal David - Jean-Pierre Bompied - Françoise Gaillard - Marc Guillaume - Patrick Hochart - François Jullien - Martin Rueff

Partager cet événement

bottom of page